/ Blog / Les nouvelles formes de logement pour vivre sereinement

Les nouvelles formes de logement pour vivre sereinement

L'évolution du paysage des soins de santé exige de nouvelles formes de logement. Alors que les maisons de repos étaient autrefois une option logique (et souvent la seule) pour les personnes âgées ayant besoin de soins, aujourd'hui, de plus en plus d'alternatives apparaissent. Désormais, une série de logements se sont créés en substitution de la traditionnelle maison de repos. Dans cet article, nous examinons ces différentes formes d’habitats.

Globalement, nous pouvons distinguer 4 formes différentes de logement : le logement individuel, le logement en groupe, le logement en communauté et les centres de soins.

1. Le logement individuel

Ce type de logement met l'accent sur l'individualité. Les personnes âgées continuent de vivre dans un environnement familier avec l'aide nécessaire des voisins, des amis, de la famille ou des professionnels de la santé. 

Les maisons kangourou correspondent parfaitement à cette vision. Dans ce genre de logement, les personnes âgées peuvent continuer à vivre de manière autonome, dans leur propre maison, mais avec l'assurance d’avoir toujours une aide à proximité. De plus, cette option est également intéressante sur le plan financier.

Si la nécessité des soins augmente et que l'entourage n'est plus en mesure d'y faire face, les résidences-services constituent une bonne solution provisoire. Ici aussi, il s'agit toujours de vivre de manière individuelle et indépendante, mais avec les soins nécessaires à portée de main

2. Le logement en groupe

La popularité de la vie en groupe est en hausse chez les personnes âgées. L'accent est mis sur le fait que chacun a toujours sa propre maison, son propre appartement ou espace de vie, mais avec des espaces communs (à l'intérieur ou à l'extérieur) où les résidents se retrouvent.

Dans la pratique, cette forme de logement se traduit sous différentes formes. Les logements sociaux sont souvent construits en groupe, avec une entrée centrale ou un espace ouvert partagé, par exemple, mais il existe aussi des alternatives comme la colocation ou l’habitat partagé.

Avec l’habitat partagé, chacun a sa propre maison ou son propre appartement, mais avec de nombreuses parties communes, comme une buanderie ou un jardin. Contrairement au logement social, avec l’habitat partagé les personnes choisissent vraiment de vivre en groupe.

La colocation signifie que les personnes vivent ensemble sous le même toit, avec leur propre salle de bain, chambre à coucher, salle de séjour, etc., mais également avec des espaces communs. Tout comme l’habitat partagé, la colocation est un choix conscient des résidents.

3. Le logement en communauté

De plus en plus de personnes âgées choisissent de vivre dans une véritable communauté. Comparez cela à une maison d'étudiants où chacun a sa propre chambre, mais où tout le reste est commun. 

Dans ce type de logement, les résidents vivent ensemble comme une grande famille sous un même toit et s'occupent ensemble du ménage. Bien se mettre d’accord sur les règles de vie est évidemment très important dans ce type de logement. À côté de cela, les résidents peuvent toujours compter sur la présence de quelqu'un lorsqu'ils ont besoin d'aide.

4. Centres de soins

Le centre de soins existera toujours comme formule résidentielle. Les personnes âgées qui sont fortement dépendantes de soins y reçoivent les soins dont elles ont besoin. Toutefois, en raison de la popularité croissante des nouvelles formes de logement, les centres de soins résidentiels sont de plus en plus considérés en dernier recours.


Nous prévoyons donc que la compréhension du terme "centre de soins résidentiels" va considérablement changer. Des soins intra-muros, nous passerons de plus en plus à un modèle de soins externe ; un modèle dans lequel les soins ne sont plus seulement dispensés entre les murs du centre de soins, mais aussi à l'extérieur de ceux-ci, comme au domicile des personnes âgées.

Plus d'attention pour et par les autres

Outre les aides-soignants professionnels, il est de plus en plus nécessaire de faire appel à des non professionnels, tels que des amis ou des voisins. C'est la seule façon de continuer à faire face au vieillissement croissant de notre société et de soulager les professionnels de la santé eux-mêmes. Et cela nous ramène à l'importance des autres formes de logement.


Jane veut aussi y contribuer. Vous êtes curieux de savoir comment nous procédons ? Pour en savoir plus, lisez notre article "Jane ouvre une nouvelle page dans le secteur des soins de santé".